Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 16:20

Après sa brève incursion en Méditerranée, on retrouve le bateau en Atlantique-nord.C'est la dernière croisière, depuis la fin de la guerre, avant que le Pourquoi-pas? retrouve son rôle de navire polaire. Mais les Féroés sont sur la route du Groenland, on le retrouvera donc assez régulièrement faisant escale dans cette région.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Lille Dimon

Aquarelle de P. Le Conte, sur papier à lettre du bord, orné de la vignette Pourquoi-pas ?

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Loch Carloway, croisière de 1926. Aquarelle de P. Le Conte.

Après avoir fait escale à Stornoway, et le plein de charbon terminé en quelques heures, le Pourquoi-pas ? mit le cap sur les Féroë. « Un coup de vent nous obligea à relâcher une demi-journée dans le loch Carloway que j'avais fréquenté pendant la guerre ». J. B. Charcot.

Repost 0
bateauxcherbourg.fr.over-blog.com
commenter cet article
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 17:27
© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Cette campagne du Pourquoi-pas ? dans le Golfe de Gabès est certainement la moins connue.

C’est la plus étrange des campagnes du Pourquoi-pas ?, parce que l’on n’attendait pas un tel bateau dans la Méditerranée. En 1923, la campagne mène le navire dans le Golfe de Gabès. A la demande de la Conférence Internationale, Charcot va étudier la pêche au thon. Il en profite pour étudier la géologie des îles Linosa, Pantellaria, Lampedusa, Habidos, Rachgoun, Alboran et le plateau des Esquerquis et des Sorelles.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Sur le quai, quiétude orientale. Cette série de croquis, comportant des marques de correction à apporter, sont des rares témoignages visuels de cette croisière.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Méditation orientale.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Que peut-il leur raconter, avec son cimeterre à la main ?

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Rue des Armuriers.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Croisière de 1923, non située.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Ce petit navire, fabriqué et « lancé » à bord du Pourquoi-Pas ? par Pierre le Conte représente un bateau malouin, peut-être La Grande Hermine, de Jacques Cartier, tel qu’on le supposait dans les années vingt. L’erreur de pavillon qu’il comporte ne le rend que plus authentique, car on a découvert postérieurement que ce drapeau de Saint-Malo est anachronique. (Remarque de Dan Lailler et Monsieur Gautier, fils).

Contenu du message : « Pierre le Conte, Imagier de la Marine, a construit et lancé ce vaisseau du XVI e siècle à bord du Pourquoi-pas ?, en Manche, Septembre 1923. »

N° 265 de l’exposition Charcot, l’aventure polaire, à Saint Malo,

au Musée national de la Marine, Paris, et à Rouen, 1986. Col. particulière, Cherbourg.

L'une des occupations dans le carré du Pourquoi-pas?

 

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Belle demi-coque en acajou de la goélette Pourquoi-pas ? de 99 tonneaux, avec laquelle Charcot va en Irlande, puis aux Hébrides et aux îles Féroé, où il fera des études hydrologiques, micro-biologiques et météorologiques. Fabriquée par P. Le Conte.

Autre exemple de l'activité à bord lorsque le bateau n'exigeait pas l'intervention de l'Etat-major.

Repost 0
bateauxcherbourg.fr.over-blog.com
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 08:59
© S. Fenoulière Stornoway, Pierre Le Conte 27/6/1921

© S. Fenoulière Stornoway, Pierre Le Conte 27/6/1921

Sur la route de Rockall et des Féroës, Stornoway est la "ville la plus septentrionale de l'Ecosse où le ravitaillement est possible. Nous sommes toujours sûrs d'y trouver un accueil en apparence froid pour l'ignorant mais très chaud en réalité.Je ne puis d'ailleurs venir dans cette localité sans me souvenir avec émotion de la façon dont je fus reçu et choyé avec tout mon équipage français, lorsque l'Amirauté britannique me fit lhonneur, en 1915, de me donner le commandement d'un de ses petits croiseurs auxiliaires." J. Charcot. (N° 178 de l'exposition Charcot L'aventure polaire, 1986, Saint-Malo, Musée de la Marine, Paris, Rouen.

© S. Fenoulière. Dessin préliminaire pour bois gravés, par Pierre Le Conte (de trois).

© S. Fenoulière. Dessin préliminaire pour bois gravés, par Pierre Le Conte (de trois).

La première escale après Stornoway fut "Sudéroë, l'île la plus Sud de l'archipel des Féroë..." (J. Charcot). N° 206 de l'exposition.

© S. Fenoulière. Autre dessin préliminaire pour bois gravés, par Pierre Le Conte (de trois).

© S. Fenoulière. Autre dessin préliminaire pour bois gravés, par Pierre Le Conte (de trois).

Ces dessins, non situés de façon précise, furent produits durant l'hiver 1923, pour un tirage de bois gravés.

Dix-sept îles, tufs et basaltes en amas pyramidaux ou étrangement déchiquetés, surgissent de la mer; piliers immenses, elles supportent les brumes hautes, à moins que monolithes gigantesques, leurs sommets ne les dominent. Des chenaux les séparent; souvent étroits, ces couloirs sont parcourus par de violents courants dans un sens ou dans l'autre..." (J. Charcot).

N° 206 de l'exposition.

© S. Fenoulière. Bois gravé, par Pierre Le Conte, numéroté 7/40 et signé.

© S. Fenoulière. Bois gravé, par Pierre Le Conte, numéroté 7/40 et signé.

Ce bois gravé est collé dans La mer du Groenland, édition originale. Noter que ce bois gravé est inversé par rapport au dessin préparatoire, gravé sur le bois.

"Je ne pouvais en vieil habitué de cet archipel danois résister au désir de le faire connaître, ne fût-ce que superficiellement, à mes collaborateurs, et nous fîmes quelques escales aux sites les plus curieux", nous dit Charcot, sans les nommer. N° 206 de l'exposition.

© S. Fenoulière. Sortie du passage ou fjord, par Pierre Le Conte. N° 205 de l'exposition.

© S. Fenoulière. Sortie du passage ou fjord, par Pierre Le Conte. N° 205 de l'exposition.

© S. Fenoulière. Glengariff,, par Pierre Le Conte. N° 199 de l'exposition.

© S. Fenoulière. Glengariff,, par Pierre Le Conte. N° 199 de l'exposition.

La tempête secouant fortement le bateau, le Pourquoi-pas? gagne l'abri de Glengariff, qu'il fréquentera plusieurs fois.

 

 

© S. Fenoulière. Pierre Le Conte, 23/7/1923.

© S. Fenoulière. Pierre Le Conte, 23/7/1923.

Le 23 juillet, le Pourquoi-pas? faisait son "plein d'eau douce directement à la cascade de Westmanhavn puis poursuivait vers Jan-Mayen.

Repost 0
bateauxcherbourg.fr.over-blog.com
commenter cet article
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 13:30
Rockall, dessin de Pierre Le Conte, publié dans La mer du Groenland

Rockall, dessin de Pierre Le Conte, publié dans La mer du Groenland

Avant de retrouver les glaces en 1925, le Pourquoi-pas ? était utilisé par le Muséum et par l’Office des pêches pour effectuer des sondages en Atlantique, en Manche et en Mer du Nord. Rockall est un « casque à pointe coupé en deux » (J. B. Charcot) de 21 mètres de diamètre et la circonférence de sa base mesure environ cent mètres. Il ressemble, disait Pierre Le Conte, à « une meule de foin ». La fiente des oiseaux de mer qui recouvre le rocher le faisait ressembler, de loin et par mauvaise visibilité, à un navire sous voiles, ce qui causa la perte d’un certain nombre de bateaux, dont le paquebot danois Norge en 1904, qui sombra avec 724 émigrants et son équipage se sacrifia pour essayer de sauver les passagers.

Sur le rocher particulièrement difficile d’accès, le Professeur Lacroix souhaitait obtenir des échantillons, car, en 1810, il avait été prélevé par un matelot de l’Endymion et en 1863, par Johns, marin à bord de Porcupine, des fragment qui montraient une roche très particulière, provenant d’une « veine gris clair ». Le débarquement sur Rockall prouva que l’on n’avait prélevé qu’une partie de cette inclusion plus tendre, dans le granit du rocher. Le 29 juin 1921, une baleinière, commandée par de Tournemire et un canot, sous les ordres de Charcot, furent armés. Les matelots Moussard et Le François se portèrent volontaires pour tenter de débarquer sur l’îlot. Ils réussirent à prélever, non sans mal, une certaine quantité de roche dure. Ils placèrent une bouteille cachetée dans une anfractuosité du rocher et regagnèrent la baleinière.

Deux jours plus tard, le Pourquoi-pas ? revint et l’on décida de débarquer à nouveau, pour prélever des échantillons dans la veine particulière. La «compagnie de débarquement » fut constituée du gabier Bonichon, clown dans un cirque, dans le civil, et de Pierre Le Conte. Outre les pierres, on préleva également des algues. Notre artiste « prit un nombre considérable de croquis et d’aquarelles » et releva, avec l’aide de M. Hamel, le naturaliste, des détails sur l’emplacement occupé par les oiseaux, le rocher, les algues… La photo couleur n'existant pas, Pierre le Conte fit de nombreux croquis et aquarelles de ces divers éléments, peut-être conservés dans les archives du Museum?

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Petite aquarelle par Pierre le Conte, à bord du Pourquoi-Pas ? Croisière de 1921.

Le rocher, à l’arrière plan, est Rockall, bien connu des Vikings, qui fait l’objet d’une étude particulière, lors de cette campagne, pour déterminer la nature exacte de la roche.

 

La citation s’applique tout aussi bien au Pourquoi-pas ? qu’à l’esnèque. On avait conscience, à bord, d’être sur l’un des maillons d’une longue chaîne de navires de découverte et d’exploration des océans.

Il est clairement dit par Charcot que les Vikings ne pouvaient pas ne pas être allés en Amérique. Au moment où Pierre Le Conte peignait en mer cette petite aquarelle, la recherche sur les Vikings progressait à pas de géant depuis 1880, grâce à la découverte du snekkar de Gokstad, suivie en 1893 de celui d’Oseberg. Ces recherches étaient loin d’être achevées, puisqu’en 1928, on découvrait un bateau à Tuna, en Suède, et un bateau pré-viking à Galtabaek.

On sait que Charcot et Pierre Le Conte étaient particulièrement intéressés par la culture des Vikings. Cette illustration prouve qu’elle faisait manifestement partie des conversations de l’état-major, dans le carré du Pourquoi-pas ?, croisant dans les eaux de la Mer du Nord en 1921, sur les traces mêmes de nos célèbres ancêtres.

Rockall, autre dessin de Pierre Le Conte, publié dans La mer du Groenland

Rockall, autre dessin de Pierre Le Conte, publié dans La mer du Groenland

Repost 0
bateauxcherbourg.fr.over-blog.com
commenter cet article
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 17:19

Textes et illustrations non tombés dans le domaine public sont sous copyright. Leur reproduction est strictement interdite.

© S. Fenoulière

Le quinze août 1908, le Pourquoi-pas entamait sa première croisière et quittait Le Havre pour hiverner en Antarctique, afin de poursuivre les études commencées à bord du Français, dans la partie située au sud de l’Amérique. Sans l’insistance de Charcot pour que la France réaffirmât ses droits sur la Terre Adélie, serions-nous, à l’heure actuelle, en mesure d’étudier sérieusement les profonds changements climatiques qui nous menacent ?

© S. Fenoulière Vignette créée par Pierre Le Conte, pour le courrier à bord du Pourquoi-Pas?

© S. Fenoulière Vignette créée par Pierre Le Conte, pour le courrier à bord du Pourquoi-Pas?

Il serait aussi anormal d’oublier que si Charcot fut le dernier marin découvreur de terres dans l’Antarctique, il joua un rôle extrêmement important non seulement dans la connaissance des régions polaires mais également dans l’étude de la mer car le Pourquoi-pas ? fut autant, sinon plus, un navire hydrographique qu’un navire polaire, ouvrant la voie à de nombreux chercheurs travaillant dans le cadre de l’Ifremer, de l’Institut Paul-Emile Victor, des câbles téléphoniques sous-marins, de la recherche pétrolière ou de la Marine nationale... Le bateau ne retrouva les glaces du Groenland que de façon accidentelle, en 1925. Charcot, informé par une équipe de scientifiques norvégiens travaillant à Jan Mayen, décida d’aller porter secours au Groenland à des scientifiques danois préparant la réinstallation d’Esquimaux.

Charcot, photo anonyme.

Charcot, photo anonyme.

Pierre Le Conte

 

L’œuvre peint de Pierre Le Conte, Peintre Officiel de la Marine depuis le 23 juillet 1945, reste assez peu connu, si ce n’est les quelques aquarelles et dessins reproduits ici et exposés à Saint Malo, au Musée national de la Marine au Palais de Chaillot, et à Rouen, en 1986, et quelques ouvrages publiés localement à Cherbourg, dont celui de Céline Guénolé, Pierre Le Conte, Peintre & Imagier de la Marine, Editions Isoète, très illustré, et une plaquette publiée à compte d’auteur par Monsieur Jean-Charles Arnault, Président fondateur du musée Chantereyne, Quai Pierre Le Conte, à Tourlaville.

Ami de Charcot, Pierre Le Conte participa de manière très active aux croisières du Pourquoi-pas ? de 1921 à 1928, non seulement comme peintre mais aussi comme géologue, reporter, illustrateur fiable pour le compte des scientifiques, membres de la mission, car la photo couleur n’existait pas, et même casse-cou sautant sur Rockall dans des conditions acrobatiques pour compléter la collection d’échantillons de toutes sortes...

On lui connaît peu de peintures à l’huile, mais il affectionnait manifestement l’aquarelle, les dessins à l’encre et les bois gravés. Refusé à l’Ecole Navale pour raison de santé, il consacra pourtant sa vie, comme imagier, à illustrer la marine, et même la vie à l’Ecole Navale, pour laquelle il créa, sans rancune, une plaquette. Toutes ces œuvres sont des tirages très limités, qu’il imprimait lui-même sur une ancienne presse à bras, achetée d’occasion. Ces petites plaquettes montrent non seulement la « patte » et l’humour de l’artiste, elles sont aussi l’œuvre d’un véritable historien de la marine, qui collabora à de nombreuses revues maritimes et journaux nationaux, aussi bien que locaux.

Pierre Le Conte (La mer du Groenland)

Pierre Le Conte (La mer du Groenland)

Pierre Le Conte, à genoux, recueillant des fossiles à la terre de Jameson, en 1925.

Le groupe était composé de M.M. Bailly, géologue, Idrac, Chavallier, Le Conte, Charcot, qui prenait la photo, et du matelot Moussard, « aide-géologue ».

© S. Fenoulière  Pierre Le Conte, autoportrait.

© S. Fenoulière Pierre Le Conte, autoportrait.

Il produisit un Répertoire des navires de guerre, travail encore inachevé lorsqu’il fut nommé Peintre de la Marine, avec le soutien de Paul Chack. Pendant la guerre, leur voie divergera, l’un vers la Résistance, pour faciliter les évasions en Angleterre, l’autre vers la collaboration. Ce répertoire est encore utilisé par la Marine pour nommer les bâtiments de la Flotte. Pierre Le Conte fut arrêté le 2 août 1941 et déporté en Allemagne un mois plus tard. On essaya de faire intervenir Marin Marie pour le libérer, mais en vain.

Pierre Le Conte rédigea et illustra quelques autres ouvrages comme le livre du cinquantième anniversaire des Ateliers et Chantiers de l’Atlantique 1881 - 1931 ou celui du Bureau Veritas. Il en illustra un certain nombre d’autres, tels Bleu Marine de Louis Guichard ou les plaquettes de Virginie Hériot, en l’honneur d’Alain Gerbault, en particulier, pour le Yacht Club de France. On connaît, également, des projets d’affiches pour les Chantiers Augustin Normand.

A son retour de captivité, Pierre Le Conte ne se remit jamais du typhus, contracté en Allemagne, et il décéda le 7 septembre 1946, sans héritiers directs. En ce centième anniversaire de la première croisière du Pourquoi-pas ? et soixante-dix ans après la disparition tragique du bateau avec son équipage, nous avons souhaité montrer à quel point le Commandant Charcot et Pierre Le Conte formaient une réelle équipe en faisant commenter les illustration de l’un par l’autre.

Contrairement aux tableaux de Marin Marie, travaillés ultérieurement en atelier, les documents présentés furent pratiquement tous faits sur place. Ils constituent non seulement une part du patrimoine maritime français mais aussi danois groenlandais. Nous avons entendu le Professeur Jean Malaurie, décédé, dire, lors de l’inauguration de l’exposition Charcot, l’aventure polaire, en 1986 à Saint-Malo, où certaines de ces œuvres furent exposées, que de plus en plus d’Esquimaux groenlandais ne pratiquaient plus le kayak et ignoraient même tout de cette part de leur culture.

 

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Caricature de Pierre Le Conte par Guy Arnoux, à bord du Pourquoi-pas ?

 

Texte rédigé dans un “franglais” fantaisiste :

“The famous Admiral Pierre Le Conte quitting Guernesey and keeping the commandment of the H.M.S. Pourquoi-pas, the Nelson’s emule ; in the dangerous circonstances, we are obligationed to recoure at his eleved competence, his impeccable eye’s coup, his sens of reciff evitation and of direction."

Three cheers for P. Le Conte !”

Les deux artistes étaient ensemble à bord du Pourquoi-pas ? lors de la croisière de 1921 et Marin Marie y accomplissait son service militaire comme matelot.

 

Repost 0
bateauxcherbourg.fr.over-blog.com
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 11:17

RAPPEL : les textes et images de ce blog sont sous copyrights. A l'exception de ceux dont l'origine est mentionnée comme appartenant au domaine public, toute copie, même partielle est interdite, sans autorisation préalable.

Mind : the texts and photos in this blog are under copyrights except for the ones belonging to the public domain, whose source is quoted. Publishing them without any former permission is illigal.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Le Stavros Niarchos quitte Cherbourg sous voiles.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

TS Royalist II en escale prolongée à Chantereyne.

Repost 0
bateauxcherbourg.fr.over-blog.com
commenter cet article
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 15:40
© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Le QE III lors de sa première escale à Cherbourg, sous la neige.

Voir aussi le reportage sur la dernière escale de QE II dans ce blog.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Le vent d'Est assez violent nécessite l'aide du remorqueur, qui tire en marche arrière, pour éloigner le bateau du quai.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Queen Elizabeth III dans la rade.

Repost 0
bateauxcherbourg.fr.over-blog.com
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 11:30
© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Le Marité sort du chenal, juste avant l'éclaircie.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Marité entre dans la rade sous voiles.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Avant de débarquer ses passagers dans le zodiac.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

On affale les voiles.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Pratiquement prête à rejoindre le quai.

Repost 0
bateauxcherbourg.fr.over-blog.com
commenter cet article
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 15:51
© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

La présence d'une goélette du Vanuatu dans le bassin est exceptionnelle. Avontuur fait escale avec le Marité, qui est visitable.

La goélette sera présente un certain temps car l'équipage remet le navire dans l'état où il était en 1920.

Cette goélette est, en fait, un cargo écologique, destiné à transporter, à la voile, des produits tropicaux, tels que le café, des îles du Pacifique sud et même d'Australie, vers l'Allemagne.

L'idée d'un transport à la voile, sans émission de CO2 fait peu à peu son chemin puisque le concept existe aussi en France.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Proue de la goélette.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Figure de proue de Avontuur.

Repost 0
bateauxcherbourg.fr.over-blog.com
commenter cet article
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 11:18
© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Zephyr et Gulden Leew à quai, peu de temps avant le départ, sous un ciel menaçant.

 

En dehors des Hollandais se rendant à Brest ou en revenant, les escales de grands voiliers ont été assez rares, cette année.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Proue du Gulden Leew.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Figure de proue du Gulden Leew, (Lion d'or).

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Zephyr, goélette franche, quitte le bassin la première.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Zephyr devant Port Chantereyne.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Zephyr sort du port et gagne la petite rade.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Zephyr dans la petite rade.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Elle est suivie du ketch Zenobe Gramme, servant de navire école pour les élèves officiers de la marine belge.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Le Gulden Leew sort du chenal, accompagné par la pilotine.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

La pilotine passe sous le vent du Gulden Leew.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Bien qu'il ne porte aucune voile, la prise au vent est manifestement assez forte sur le trois-mâts.

© S. Fenoulière

© S. Fenoulière

Le Gulden Leew dans la rade.

Repost 0
bateauxcherbourg.fr.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de bateaux cherbourg.fr.over-blog.com
  • Le blog de bateaux cherbourg.fr.over-blog.com
  • : le patrimoine maritime vivant, d'ici et d'ailleurs.
  • Contact

Recherche

Liens